Chapitre 1

14/07/2012 − 23:57

Nettoyeur de Rue

Vous ne savez pas ce que c’est que l’amour. Ça je ne vais pas l’écrire. Ça je vais le dire maintenant, dans ma tête, et vous n’entendrez rien. Vous avez vos belles voitures, vous vous pavanez avec vos fringues de marque, vous allez au dancing, vous picolez, vous rigolez, vous ne vous souciez de rien. Pour vous tout est facile. Mais vous ne savez pas ce que c’est que l’amour. Vous avez la béatitude, inch’Allah. Un sourire scotché à la con et un doigt carré dans le rectal. Le nez par terre, le cul en l’air, c’est comme ça qu’on danse en France, et on baisse son pantalon ! Dans le royaume de la tafiole, c’est va brouter le gazon pendant que tu te fais mettre.

Mais il reste encore de vrais hommes sur Terre. Des hommes qui seront pas d’accord. Des hommes qui se laisseront pas mettre l’olive par la pute de la République.

Elle doit payer des rivières de sang.

Elle et tous ceux qui la fréquentent.

Vous ne savez pas ce que c’est que l’amour.

Vous ne connaissez que Sodome.

Je vous tuerai tous.


04/08/2012 − 22h43

Abandonner Tout Espoir

À un moment j’ai dit assez. À un moment j’ai supplié. 

J’ai dit sortez-moi de cette ville, sortez-moi de cette 

vie ou je crois que je vais tuer quelqu’un. Des fois je 

me sens tellement seul, je crois bien que je pourrais. 

Je peux comprendre que dans la vie il faut savoir se 

démerder, que t’auras jamais rien que tu seras pas allé 

prendre toi-même. Mais en même temps, pendant que 

tu grimpes, y a toujours une grande main qui descend  

comme un rouleau compresseur pour t’écraser la 

gueule et t’enfoncer bien profond dans ta merde. Et 

tu te retrouves à gueuler comme un con chez toi, avec 

les murs qui te regardent, et t’es juste au milieu, et t’es 

plus rien.

Né de la merde pour retourner à la merde.

Je chie des rivières de diamants.

J’étronne à la face des étoiles.

Je vaux mieux que vos pets foireux.

Je vous ai inventés pour me pourrir la vie.

Mais vous n’existez pas.

Je vous hais.

Ma vie. Un ramassis d’immondices. Je n’ai connu que 

la vermine et la fange. Mon père était un gros connard et 

ma mère une pauvre femme. Des pourceaux, des chiens

et des putes. Voilà tout ce que j’ai vu.


28/08/2012 − 04h07

Statut : Toujours Pensant

Ce que vous n’avez pas compris, c’est que le monde

est un système polyphonique multidimensionnel. Il y a 

les Sefirots de la Kabbale, il y a la Physique Quantique, 

il y a le Yin et le Yang des Shaolin, il y a le pouvoir sacré 

de l’Anus Solaire, il y a les lignes de code, le Nouvel Ordre

Mondial et les fluctuations bancaires.

Valéry G était dans la cérémonie satanique au

campement des Bohémiens. Alex Jones l’a prouvé.


16/10/2012 – 23h27

Tout l’Amour du Monde

Ma chère Jasmine.

Tu ne m’as plus donné de nouvelles depuis des semaines. Je n’arrive pas à t’avoir sur ton portable, tu es toujours sur répondeur avant la tonalité.

Je fais ce post en espérant que tu passes parfois sur ce blog dont je t’avais donné l’adresse. S’il te plait envoie moi un mail.

J’espère qu’on pourra se revoir bientôt.

Tu me manques cruellement.

Si tu ne veux plus être en contact avec moi, dis-le moi simplement. Je comprendrai.

Je ne sais pas où tu habites.

Mais je sais où tu sors.


21/12/2012 − 02h16

La Lumiaire Coule de Moi

Tout à l’heure j’ai tué ma mère.

La première pute de la République.

Celle qui enfante des monstres.

Elle n’a pas souffert.

Je suis rentré dans sa chambre et je lui ai collé un coussin sur le visage.

Je ne pouvais pas lui mettre une balle à cause du bruit. Alors je lui ai planté le couteau que m’a donné

Nicolas S dans le cœur.

Maintenant je suis prêt.

Tout à l’heure je serai dehors.

Avec le P22 et le Mac.

Prêt pour la fin du monde.

Ce sera ma journée.


EDITER          EFFACER


PLAYLIST

Godflesh − « Streetcleaner »

Nine Inch Nails − « Leaving Hope »

Coroner − « Status : Still Thinking »

Nine Inch Nails − « All the Love in the World »

Ministry − « The Light Pours Out of Me »