Cher Lecteur, Divine Lectrice,

Que vous ayez 27 ou 87 ans, bienvenue à Schnock, cette revue est pour vous. Elle a pour mission d’explorer la culture populaire, au sens le plus large et d’en faire revivre aussi bien les œuvres les plus respectables (mais parfois oubliées) que les personnages les plus iconoclastes. Pourquoi lancer pareille entreprise, à l’orée des années 2010 ? Parce qu’on
se sent tous un peu «schnock» sur les bords par moments.

On a beau être ce fringant vingtenaire biberonné aux références de ses (grands ?) parents, ce quarantenaire soucieux de compléter ses souvenirs des années Bowie ou Barre ou encore ce baby-boomer décidé à se replonger une fois de plus dans sa folle jeunesse, une chose nous unit : l’envie d’échapper à l’hystérie de l’époque en faisant un pas de côté, histoire de revisiter le passé en prenant son temps. Sans être ni réactionnaires, ni rétrogrades (l’invention de la roue ET de l’Ipod furent de grandes avancées pour l’Humanité, nous l’admettons volontiers).

Avouons-le d’emblée : Nous aimons les «Schnocks». Nous discuterons donc longuement avec ces figures d’un autre temps : forts en gueule, élégants débraillés, râleurs en boucle, maltraitant la bienséance et une certaine idée du «bon goût», s’affranchissant des modes et de l’air du temps. Ce sont, à un moment où nous-mêmes commençons à subir les ravages du temps et à cultiver avec délice une certaine morgue à l’encontre des générations qui nous succèdent, nos «résistants» à nous… A leur contact nous apprendrons à être « dignified & old » comme le chantait Jonathan Richman en 1972 (19quoi ?). Et verrons s’il est possible ou non de tourner le dos au jeunisme qui nous entoure, sans devenir des vieux c… pour autant.

Bonne lecture !

Christophe Ernault & Laurence Rémila


Sommaire

p.3 l’édito
p.6 Le Trombinoschnock

P.8 Schnock des cultures
tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Schnock &tc.
p.10 « Bien entendu c’est on»
p.14 Le scandale Mabulle
p.15 Faut-il un Cinestudio pour Boulogne-Billancourt ?
p.17 Au Monoprix avec François Simon
p.19 S’habiller Schnock
p.24 « Le Guide du Routard de mon appartement » par Matthias Debureau
p.28 Sur les traces d’Isadora Duncan par Nicole Gartn

P.30 les Schnocks parlent aux Schnocks
p.32 Le Grand Dossier – Jean-Pierre Marielle
« J’aime quand ça dérape » Une interview de Jean-Pierre Marielle
« Une sorte d’hypertrophie dans la dérision » Joël Séria se souvient de ses quatre films avec Marielle  *  Les Perles des Galettes
« Mon tournage avec Séria » par Helena Noguerra
« Mes souvenirs des Galettes » par Andréa Ferréol
Marielle vu par Jean-Paul Belmondo
« Nos débuts » par Guy Bedos
Notre Top  10

p.62 Les années Actuel de Bernard Kouchner par Laurence Rémila
p.74 Adolfo Kominsky, Le Faussaire de la Résistance  par Tristan Ranx
p.82 Les Confessions d’un «Collaro-Boy» par Jean-Noël Gabilan
p.92 Claude Puterflam, Monsieur Pop Française par Guillaume Fédou
p.98 « J’ai fabriqué les derniers gadgets de Pif ! » par Philippe Baumet
p.110 L’histoire de revue de BD féministe Ah ! Nana par Eléonore Quesnel
p.116 Le Come-back d’un masque par Arnaud Le Gouëfflec
p.122 Une visite chez Cizia Zykë par Sébastien Bardos
p.128 « Comment j’ai raté mon interview d’Eddy Mitchell » par Alister
p.142 Marcel Mathiot, le Vieil homme qui aimait les femmes par Jean-Luc Bitton

P.148 Schnock chez soi
lectures & autres Loisirs de chambre
pp.150-161 Critiques de sorties diverses et non avariées
p.152 Les Histoires Pat Hobby de Fitgerald par Hélèna Villovitch
p.156 Je vais craquer de Leterrier par Christophe Ernault
p.160 Idiote je t’aime de Charles Aznavour par Alister
p.162 Les Biscuits Schnock
p.170 « Toute l’Histoire humaine s’avance vers un seul et unique but », une nouvelle de Tristan Garcia
p.175 The Residents au Mexique par François Olislaeger
p.176 « Chagrin d’Avedon » par Benoît Sabatier